FSPUB‎ > ‎

ALTE EVENIMENTE


[23 mai 2018] - Start Up Nation 2018

posted 17 May 2018, 02:04 by Echipa de Management al Cercetarii   [ updated 17 May 2018, 02:09 ]



FSPUB & GOODWILL CONSULTING


vă invită la prezentarea proiectului


Start Up Nation 2018
program de finanțare nerambursabilă pentru start-up-uri 


Evenimentul va avea loc pe


23 mai 2018, ora 11.00


în cadrul FSPUB, Calea Plevnei 59, Sala P1

[20/06/2018 - atelier FSPUB & UNICO] Egalitate de șanse și Diversitate în România și în Uniunea Europeană

posted 4 May 2018, 02:53 by Anca Dohotariu   [ updated 4 May 2018, 02:55 ]


FSPUB & UNICO

organizează atelierul

Egalitate de șanse și Diversitate 
în România și în Uniunea Europeană

evenimentul va avea loc pe

20.06.2018, în intervalul orar 11.00 - 13.00,

la FSPUB, Str. Spiru Haret nr. 8, Sala Negulescu


Atelier susținut de Victor – Constantin VLĂDUȚ, student masterand în cadrul Masterului Politicile Egalității de Șanse în context românesc și european (MPES anul II).

Cadru universitar supervizor: conf. univ. dr. Anca DOHOTARIU

Atelierul își propune să clarifice elevilor participanți conceptul de egalitate și în egală măsură va face o trecere în revistă a tuturor termenilor ce sunt strânși legați de acest concept (toleranță, diversitate, multiculturalitate, interculturalitate, acceptare ș.a). Abordând o serie de metode specifice educației nonformale, participanții vor lucra în grupe, reușind să dezbată asupra unor termeni noi, iar cu ajutorul facilitatorului să îi clarifice. Totodată se va face și o scurtă diacronie a acestor termeni, punându- se accent pe momentele cheie în care s-au revendicat drepturi și libertăți cetățenești (cum a apărut egalitatea? cum înțelegem egalitatea azi? de ce există diferențe de percepție de-a lungul timpului? etc).

Vor fi proiectate o serie de clipuri care vor avea scopul să rezume întâlnirea avută. Evaluarea atelierului va fi realizată printr-o serie de întrebări de tip quizz.

Appel à candidatures pour l'école doctorale "Processus de patrimonialisation, usages et « muséification » du passé", Ecole du Patrimoine Africain, Porto-Novo, 17-31 juillet 2018 [Date limite: 1er mars 2018]// Call for applications for a doctoral school on "Heritage-making Processes, Uses and Museumification of the Past" taking place in Porto-Novo, EPA - Ecole du Patrimoine Africain, between July 17th and July 31st (dead-line : 1st of March 2018)

posted 1 Feb 2018, 05:43 by Echipa de Management al Cercetarii

ECOLE D’ETE DOCTORALE
Processus de patrimonialisation, usages et « muséification » du passé
Porto-Novo, Bénin (17-31 juillet 2018)


Les processus de patrimonialisation ou la revendication d’un héritage dans le cadre d’une (re)construction nationale, locale et /ou ethnique sont des phénomènes complexes. Dans les périodes de transition historique, les enjeux sont multiples et la fragilité du contexte politique est un riche terreau pour un renouveau des rapports à la représentation du passé. Pour comprendre ces processus, il faut mobiliser des savoirs en histoire, en anthropologie, en archéologie, en sciences politiques, en histoire de l’art, et en muséologie. Leur décryptage nécessite une collaboration interdisciplinaire, qui n’est pas toujours aisée à instaurer dans le cadre institutionnel existant dans le domaine de la recherche, construit autour de disciplines distinctes. Le but principal de cette école d’été est de créer un espace de formation des doctorants et d’échange interdisciplinaire entre des chercheurs travaillant sur les processus de patrimonialisation, les usages et la « muséification » du passé en lien avec la construction nationale (ou plus largement identitaire).

L’école thématique prendra la forme d’une formation à la recherche en sciences sociales. La première édition fut organisée à Istanbul, à l’Institut Français d’Études Anatoliennes (juin-juillet 2016), la deuxième au Cap, en collaboration avec Iziko Museums of South Africa et l’Institut Français d’Afrique du Sud (juillet – août 2017).

Nous organisons notre troisième université d’été à Porto-Novo, avec un groupe de doctorants et d’artistes sélectionnés suite à un appel à candidatures. L’école a une double finalité. Premièrement, une finalité scientifique : mener une réflexion sur les processus de patrimonialisation (notamment en contexte postcolonial, post-dictatorial et à l’issue des conflits politiques), sur les usages et la « muséification » du passé en lien avec la construction nationale. Deuxièmement, l’école a une finalité pédagogique : proposer aux doctorants d’effectuer un court stage de terrain ethnographique, leur permettant de pratiquer différentes méthodes de recherche en sciences sociales et politiques.


Format de l’école
L’école comporte plusieurs volets :

- des enseignements dispensés par des professeurs provenant des institutions partenaires, mais également par des professeurs invités. Les enseignements porteront tant sur la méthodologie de la recherche, que sur des sujets comme l’histoire des politiques urbaines/ des musées/ des recherches archéologiques au Bénin. Aux cours et ateliers « classiques » s’ajouteront des discussions informelles quotidiennes avec les étudiants tout au long de l’école, pour les aider à remanier leur projet, à élaborer les guides d’entretiens, à trouver des références bibliographiques ou des sources documentaires, etc.
un atelier pratique d’anthropologie visuelle

- des visites guidées de la ville, des musées et de sites patrimoniaux

- une enquête de terrain proprement dite : des « équipes » de trois étudiants réaliseront une recherche de terrain (entretiens, observation participante, recherche dans les archives nationales centrales ou locales/ privées, etc.)

- un atelier de pratiques curatoriales, en collaboration avec l’Ecole du Patrimoine Africain (EPA) et le Centre culturel Ouadada, dans lequel les doctorants apprendront à concevoir une exposition, du projet scientifique muséographique jusqu’à la mise en place des partenariats et des dispositifs de médiation.

- l’école thématique sera close par une présentation des résultats de cette recherche préliminaire, sous une forme choisie par les doctorants : présentation orale, poster scientifique, exposition photographique/ multimédia (extraits d’entretiens, matériel vidéo), projet de film documentaire ou happening dans un musée/ atelier d’artiste.


Contenu scientifique :

Les cours et les projets de recherche des doctorants se déploieront sur quatre axes principaux, à savoir : 1. les politiques urbaines et les politiques de la mémoire, 2. les constructions muséographiques, 3. les pratiques artistiques contemporaines, 4. les pratiques archéologiques.

1. Les enseignements mettront en discussion les représentations du passé dans le tissu urbain de Porto-Novo. L’intention est d’inviter les étudiants à mener une réflexion sur la manière dont l’espace urbain lui-même (re)présente différentes narrations historiques et construit la mémoire culturelle de la ville et de la « nation » : comment gère-t-on/ efface-t-on la mémoire du passé ? Quels sont les enjeux symboliques et politiques des projets d’aménagement urbain imaginés par les différents régimes politiques ? Comment reconstruit-on la ville (post)coloniale ? Comment des « sites » spécifiques (lieux, événements clés pour l’histoire du colonialisme, de l’esclavage mais aussi pour les royautés et les religions) deviennent des lieux de l’oubli, de l’amnésie politique ou sociétale ou, en reprenant la formule de Nora, des « lieux de mémoire » ?

2. Les doctorants seront invités à s’interroger sur les processus de réécriture, renégociation, réappropriation du passé colonial à partir des collections muséales. On vise à aider les étudiants à comprendre, explorer et développer des pratiques curatoriales liées à la mise en exposition des collections d’objets historiques, « ethnographiques » ou d’art. Les cours et les visites des musées problématiseront les pratiques de « savoir-pouvoir » inhérentes à la construction des archives, la production des sources ainsi que leur utilisation pour l’écriture de l’histoire.

3. Ensuite, on interrogera les pratiques artistiques qui se positionnent par rapport à ces métamorphoses de l’espace urbain, à l’amnésie politique ou sociétale. En rencontrant des artistes contemporains, en visitant des musées et des espaces artistiques, on examinera les enjeux esthétiques, politiques et épistémologiques de la rencontre entre l’art contemporain et les politiques urbaines et muséales.

4. Finalement, on interrogera la production des savoirs sur le passé à travers les pratiques archéologiques, leur mise en valeur et la particularité de leur histoire au Bénin.


Professeurs :

Les enseignements et les ateliers méthodologiques seront donnés par des spécialistes en anthropologie urbaine, politique et visuelle, en histoire de l’art et de l’archéologie, en sociologie politique, en géographie urbaine et en art. Liste (non-exhaustive) des professeurs: Leonce Raphaël AGBODJELOU, Porto-Novo; Nodicao BACHALOU, Abomey; Gérard BASSALE, Centre culturel Ouadada ; Gaëlle BEAUJEAN, Musée du quai Branly Jacques Chirac (TBC); Felicity BODENSTEIN, Technische Universität, Berlin ; Théodore DAKPOGAN, Porto-Novo ; Benoît De L’ESTOILE, ENS/CNRS ; Gabin DJIMASSE, Abomey; Stephan GOLDRAJCH, Bruxelles; Didier HOUENOUDE, Université Abomey-Calavi; Estelle LECAILLE, Mòsso, Bruxelles ; Thierry OSSOU, Porto-Novo ; Damiana OTOIU, Université de Bucarest ; Bénédicte SAVOY, Technische Universität, Berlin (TBC); Anna SEIDERER, Université Paris 8 – Vincennes Saint-Denis ; Marie ZOLAMIAN, Liège.

Les doctorants auront la possibilité de rencontrer non seulement des chercheurs (anthropologues, archéologues, sociologues, historiens de l’art, etc.) mais également des artistes, des professionnels des musées, des architectes ou urbanistes. Ils pourront aussi bénéficier des ressources qui seront mises à leur disposition par l’Université d’Abomey Calavi, l’Ecole du Patrimoine Africain, les Archives nationales et les musées de Porto-Novo (Musée d’ethnographie Alexandre Senou Adandé et le Palais Honme).

Sélection des participants :
Les candidats devront envoyer une brève présentation de leur recherche doctorale (2-3 pages plus bibliographie et sources) et un CV, en français ou en anglais, avant le 1er mars 2018 à heritage.doctoralschool@gmail.com. L’école se déroulera en langue française. Le résultat de la sélection des candidatures sera transmis deux semaines après la date limite.

Co-organisateurs :

Felicity BODENSTEIN, Technische Universität, Berlin,
Didier HOUENOUDE, Université Abomey-Calavi,
Damiana OTOIU, Université de Bucarest,
Anna SEIDERER, Université Paris 8, Vincennes - Saint-Denis.


Détails logistiques et financiers :
La participation à l’école thématique est gratuite, et des bourses de voyage seront disponibles pour un nombre limité d’étudiants. Des financements seront notamment disponibles pour les étudiants de la région. Lors de l’envoi de votre dossier de candidature, veuillez nous indiquer si vous souhaitez bénéficier d’une telle aide. Les autres participants devront couvrir leurs propres frais de transport et de logement.

Institutions partenaires :
Ecole du Patrimoine Africain, Porto-Novo
Université Abomey-Calavi, Cotonou
Centre culturel Ouadada, Porto-Novo
Technische Universität, Berlin, Kunstgeschichte der Moderne, projet Translocations
Université Paris Lumières, projet Glissements de terrains : Les collections muséales réinvesties par le champ de l’art contemporain
Centre interdisciplinaire d'études et de recherches sur l'Allemagne, projet Les musées comme terrain : stratifications et relectures contemporaines des héritages coloniaux en France et en Allemagne
Ecole normale supérieure, Département de Sciences Sociales
Centre Maurice Halbwachs
Esthétique, Pratique et Histoire des Arts (EPHA), Université Paris8/ Vincennes, Saint-Denis
Humboldt-Universität zu Berlin, The Centre for Anthropological Research on Museums and Heritage (CARMAH)
Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, le centre HiCSA (Histoire culturelle et sociale de l'art)
Le Centre Régional Francophone de Recherches Avancées en Sciences Sociales (CEREFREA Villa Noël), Université de Bucarest, l’axe de recherche Processus de patrimonialisation, usages et mises en musée du passé
Mòsso, Plateforme indépendante pour l’art contemporain, Bruxelles

Candidaturi atelier doctoral, "Le musée comme terrain: stratifications des héritages coloniaux" [Paris, EHESS/ENS], data limită 30 noiembrie 2017

posted 15 Nov 2017, 04:13 by Echipa de Management al Cercetarii

En 2017-2018, un atelier doctoral portant sur Le musée comme terrain: stratifications des héritages coloniaux, sera proposé en lien avec le séminaire EHESS-ENS Réécrire le passé colonial : enjeux contemporains des collections de musée, afin de saisir de façon concrète la nature des collections dans leur dimension matérielle.


En travaillant avec la notion de biographie des objets et des collections, on interrogera le musée sur ce qu'il peut nous apprendre de « la vie sociale » des ensembles collectés en contexte colonial entre la fin du XIXe et la première moitié du XXe siècle. Cette recherche visera à appréhender, dans leurs complexités et leurs contradictions, des fonds qui constituent les traces matérielles des héritages coloniaux dans différents musées français et allemands. Chaque séance se déroulera dans une institution différente, musée ou archive, et la recherche sera organisée en collaboration avec un-e conservateur/trice du musée, un-e commissaire d’exposition, un(e) artiste ou un(e) archiviste. En s'invitant dans les coulisses de l’institution, il s’agit d’observer les différentes pratiques des professionnels du musée (classement, restauration, présentation), d’analyser en somme les processus de patrimonialisation des objets. En effet, l’anthropologie du musée vise à démêler et à transmettre les multiples épistémès qu’il recouvre et au sein desquels les objets prennent sens. Les visites organisées dans les musées donneront lieu à des études de cas approfondies qui permettront de valider l’atelier.

L’atelier s’inscrit dans l’axe « Anthropologie des héritages coloniaux » du Centre Maurice Halbwachs, CMH (CNRS, École des Hautes Études en Sciences Sociales de Paris, ENS/ PSL Research University). D’autres institutions et projets sont associées à l’atelier: le Département d'histoire de l'art de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, le Département d’Arts Plastiques de l’Université Paris 8 Vincennes Saint Denis, le Département de sciences sociales de l’Ecole normale supérieure, Humboldt-Universität zu Berlin (The Centre for Anthropological Research on Museums and Heritage), et l’Université Paris Lumières pour le projet Glissements de terrain. Les collections muséales réinvesties par le champ de l’art contemporain (2017-2018).

Responsables de l'atelier:
Felicity Bodenstein, postdoctorante Technische Universität, Berlin

Benoît de L'Estoile, directeur de recherche au CNRS, professeur à l'ENS

Damiana Otoiu, maître de conférences à l'Université de Bucarest

Dominique Poulot, professeur à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Laurella Rincon, conservatrice du patrimoine au ministère de la Culture et de la Communication, détachée à l’École normale supérieure, Département de sciences ( Hors EHESS )

Anna Seiderer, maître de conférences à l'Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis

Margareta Von Oswald, doctorante à l'EHESS
Il débutera en décembre 2017 et sera ouvert à un nombre limité de doctorant.e.s. Les doctorant.e.s intéressé.e.s doivent envoyer une courte présentation de leur recherche doctorale (max. 3 pages) et un CV, avant la fin du mois de novembre, via email : reecrirelepasse@gmail.com

Plus d'infos:
https://enseignements-2017.ehess.fr/2017/ue/2435/

Colloque international « Les violences faites aux femmes dans les PECO. Tolérance zéro »

posted 19 Oct 2017, 12:43 by Echipa de Management al Cercetarii

Le CEREFREA Villa Noël, en partenariat avec la Faculté de Sciences Politiques de l’Université de Bucarest, la Faculté de Journalisme et Sciences de la Communication de la même université, l’Ecole Nationale d’Etudes Politiques et Administratives, le Centre Féministe FILIA et l’Université Lumière Lyon 2, avec le soutien de l’Agence universitaire de la Francophonie et de l’Organisation Internationale de la Francophonie, organise le 20 octobre 2017 le colloque international « Les violences faites aux femmes dans les PECO. Tolérance zéro ».

L’objectif général de notre colloque est de réfléchir aux causes des violences, de dresser l’état des lieux dans plusieurs pays, d’identifier et d’analyser les stratégies d’intervention pertinentes contre les violences et en faveur de l’EFH.

Le colloque fait partie de l’axe de recherche « Francophonie et droits humains » du CEREFREA.

Programme (en français)

Programme (en roumain)

[18/05/2017 – Atelier de recherche] « Femmes artistes dans l’histoire de l’art brésilien »

posted 11 May 2017, 09:12 by Echipa de Management al Cercetarii   [ updated 11 May 2017, 09:13 ]

Le CEREFREA Villa Noël, en partenariat avec le Centre de langue portugaise de l’Université de l’Ouest de Timisoara, Institut Camões de Lisbonne et la Faculté de Sciences Politiques de l’Université de Bucarest, vous invite jeudi 18 mai 2017, entre 09h30 et 12h30, à la Villa Noël (6, rue Emile Zola, Bucarest), à l’atelier de recherche « Femmes artistes dans l’histoire de l’art brésilien ».

L’atelier sera tenu par Rita Lages Rodrigues de l’Université Fédérale Minas Gerais (UFMG). Les langues de travail seront l’anglais et le français et la participation se fera sur inscription à l’adresse https://goo.gl/efMTg4.

L’atelier est organisé dans le cadre de l’axe de recherche « Processus de patrimonialisation, usages et mises en musée du passé ».

Dans son atelier de recherche sur les « Femmes artistes dans l’histoire de l’art brésilien », l’historienne d’art brésilienne Rita Lages Rodrigues présentera quelques-unes des plus importantes femmes artistes brésiliennes du XXe siècle, en tant qu’individus ainsi qu’acteurs des mouvements artistiques, en discutant des concepts liés aux femmes artistes et à l’histoire de l’art brésilien. L’atelier portera sur certaines œuvres de femmes artistes de la modernité telles qu’Anita Malfatti, Zina Aita et Tarsila do Amaral, des artistes contemporaines, de membres des mouvements concrets et néo-concrets telles que Lygia Clark et Lygia Pape, mais aussi sur les œuvres de l’artiste contemporaine Marcia X.

Rita Lages Rodrigues est historienne et professeure à l’École des Beaux-Arts, dans le cadre de l’Université Fédérale Minas Gerais. Elle est docteure en histoire de la même université avec la thèse Architecto Moderno na cidade: traços e rastros de Luiz Olivieri en Belo Horizonte (Architecte moderne en ville : traces et routes de Luiz Olivieri à Belo Horizonte). Elle est l’auteure du livre Entre Bruxelas e Belo Horizonte, Itinerários da Escultora Jeanne Louise Milde em Belo Horizont (Entre Bruxelles et Belo Horizonte, Itinéraires de la sculptrice Jeanne Louise Milde à Belo Horizonte). Rita Lages Rodrigues est la coordinatrice du groupe de recherche « Estopim, Centre interdisciplinaire pour l’étude du patrimoine culturel ». Elle mène des recherches dans l’histoire de l’art, l’histoire urbaine et du patrimoine culturel et les études de genre.

[20 - 23 aprilie 2017] - CINEPOLITICA 2017, festival de film politic

posted 10 Apr 2017, 00:32 by Anca Dohotariu   [ updated 10 Apr 2017, 00:32 ]

Facultatea de Stiinte Politice a Universitatii din Bucuresti (FSPUB) este partener al celei de-a șasea ediții a festivalului internațional de film CINEPOLITICA 2017 - festival de film politic, care va avea loc la București între 20-23 aprilie. Proiecțiile se vor desfășura la Cinema Elvira Popescu. 

Proteste, execuții, traficul de organe, povestea nespusă a Regelui Mihai în timpul celui de-al Doilea Război Mondial, extrema dreaptă din Europa sau Primăvara Arabă sunt doar câteva dintre temele abordate în competiția. În afara concursului pot fi vizionate cel mai noi film al marelui regizor polonez Andrzej Wajda, ”Imaginea de Apoi / Afterimage,” și road movie-ul ”La drum cu tata” regizoarei Miruna Lăzărescu, derulat pe fundalul invaziei sovietice din Cehoslovacia.


Vino între 20 și 23 aprilie la Cinema Elvira Popescu să vezi cele mai noi filme politice!


Programul filmelor aflate în competiție poate fi consultat aici:
http://cinepolitica.ro/ro/2017/competitie

ENGLISH CONVERSATION WORKSHOP for French Speaking Students of FSP

posted 4 Apr 2017, 02:42 by Anca Dohotariu   [ updated 4 Apr 2017, 02:43 ]


ENGLISH CONVERSATION WORKSHOP 
for French Speaking Students of FSP

If you already speak French on a daily basis as students in "Sciences Po" and at the same time you want to keep up your English, this is the right place for you! Ici on parle l'anglais! 



Full command of French is already a great advantage in terms of boosting your English vocabulary, on the condition of a constant awareness of peculiar differences in pronunciation, with a view to avoiding typical confusions and using both languages correctly. 

For further information - about the schedule or other queries, please send an email to: brindusa.nicolaescu@fspub.unibuc.ro.

[30 martie 2017 – Prelegere] Le rôle de l'artiste dans les conflits societaux

posted 27 Mar 2017, 11:49 by Echipa de Management al Cercetarii   [ updated 27 Mar 2017, 12:12 ]


În cadrul cursului "Grupuri de interes, grupuri de presiune", IN KOLI JEAN BOFANE va susţine o prelegere cu tema „Le rôle de l'artiste dans les conflits societaux”. 

Evenimentul va avea loc joi 30 martie 2017 de la 11.30 la Institutul de Cercetări Politice din strada Spiru Haret nr.8. 

In Koli Jean Bofane est né en 1954 à Mbandaka (en République démocratique du Congo) et vit aujourd’hui en Belgique. En France, il a publié deux romans, Mathématiques congolaises (Actes Sud, 2008) et Congo Inc., Le testament de Bismarck (Actes Sud, 2014), ainsi qu’un album pour la jeunesse : Pourquoi le lion n’est plus le roi des animaux (Gallimard Jeunesse), lauréat du Prix de la Critique de la Communauté Française de Belgique. Ses ouvrages ont été traduits aux Etats-Unis, en Allemagne, au Brésil, en Corée, en Slovénie. 
Congo Inc., Le testament de Bismarck est en cours de traduction en roumain et paraîtra début 2018 chez Editura Casa Cărţii de Ştiinţă (Cluj-Napoca). 

Lauréat du Prix des 5 continents de la Francophonie en 2015, In Koli Jean Bofane est en résidence en Roumanie du 28 mars au 28 avril 2017

[13-19/03/2017] One World Romania - Festival internațional de documentar și drepturile omului, ediția a zecea

posted 10 Mar 2017, 06:18 by FSP UB   [ updated 10 Mar 2017, 06:37 ]


Zece. Peste frică noi vom trece.

La sfârșitul iernii, One World Romania ajunge la a 10-a ediție. Sunt nouă ani de când festivalul deschide tot mai larg ferestrele acestei lumi, nouă ani pentru care suntem recunoscători spectatorilor, invitaților și colaboratorilor noștri. Și totuși, niciodată nu ne-a fost mai frică decât în ultimul an.

Ce se vede prin ferestre? Lumea s-a zgribulit, năpădită de frig și întuneric. Bucureștiul e capitala țâfnei. Europa tremură din toate încheieturile. Peste oceane, s-a dat tonul fricii. Frica naște violență. Violența naște ură. Ura mustește frustrare. Frustrarea se împotmolește în țâfnă și scoate pe nas tot ce-i mai urât din noi.

Ce zic fabricanții fricii? Să ne închidem în case, în cochiliile noastre, pentru că suntem sub asediu: emigranții și teroriștii, musulmanii sau esticii, homosexualii și ong-iștii atacă, chipurile, din toate părțile. Frica de celălalt, de schimbare, de sărăcie, de boli și războaie funcționează. Iarna spaimei noastre e în toi. Și noi aniversăm a zecea ediție. Așa că vă vorbim despre frică.

Prima temă a festivalului: frica câștigă voturi. A creat staruri. Populiști din toate țările prosperă pe seama ei. Votați de cei cărora le e frică, de cei care nu mai au nimic de pierdut pentru că au pierdut aproape totul. Speranța, iluziile, poate și banii. Filmele acestei secțiuni sunt portrete de câștigători și perdanți. A doua temă vorbește despre cei care merg împotriva curentului, pentru că unora chiar nu le e frică. Peste tot în lume sunt oameni și comunități, mai mici sau mai mari, care se încăpățânează să iasă din cochilii, să întindă o mână, să dărâme un zid. A treia temă: frica de supraveghere. Statele își spionează supușii, corporațiile ne controlează mințile și buzunarele. Totul e minciună sau, cum i se spune azi, post-adevăr. A patra: dreptate fără frică. Din cele patru zări, vă aducem filme care vorbesc despre nedreptăți, despre oameni care au toate motivele să își fi pierdut încrederea în justiție. A cincea secțiune strânge filme despre hărțuire și abuz: pentru că frica naște violență. Violența celor mai puternici față de cei slabi, a celor majoritari față de minorități, a bărbaților față de femei, a statului față de propriii cetățeni. În fine, a șasea tratează frica de spitale. Sistemele medicale – la noi și aiurea – sunt mai bolnave decât pacienții lor, pe care îi lasă să moară. După Colectiv, le datorăm celorlalți mai mult decât un exercițiu de compasiune publică.

Documentarele marca One World Romania sunt doctorii pentru minte și suflet. Oameni buni, luați niște antidoturi contra fricii și priviți un pic lumea. Nu vă fie frică. Nouă ani de chinuri s-au soldat cu mult mai multe bucurii. Și vor mai fi.

Text: Alexandru SOLOMON, regizor & director al festivalului

DETALII (site oficial): http://oneworld.ro/2017/l/ro/ 

1-10 of 30